Mardi 7 juin – Le bon choix

Commençons par un « au revoir », au revoir à un plâtre au poignet qui a compliqué six semaines de l’une d’entre nous. Il est retiré ce matin.

On échange aussi des nouvelles des camarades contraints de lever le pied pour des raisons de santé. Nous les attendons !

Les Saint-Avertinois censés être en forme et présents ce matin ont-ils, eux, une santé mentale florissante ? Certains en doutent, qui ont préféré rester chez eux après des lectures poussées de bulletins météo, des heures passées devant La Chaîne Météo, et la contemplation de ciels gris et de végétations agitées par le vent fort.

En dépit de tout cela, nous sommes 11 aux Aubuis à l’heure dite, essuyant quelques gouttes. C’est inoffensif et c’est fini quand nous prenons la route avec 70 kilomètres au programme, descente jusqu’à Villperdue et remontée, rien de compliqué.

Nous formons un seul groupe avec Brigitte, Catherine C., Marie-Françoise, Odile, Viviane, Denis, Jacki, Jean-François, Philippe D. et Philippe L. et François. Ce dernier découvre au pied de la côte de la Horaie, à Monts, que les randonneuses elles aussi crèvent quand elles roulent brutalement sur des cailloux. Arrêt à mi-pente, ce qui témoigne d’un art consommé de l’escamotage des côtes difficiles…


"Ça ne va pas être une sortie pour moi !"

Autre arrêt à Artannes, puisque là se séparent les deux parcours. Mais tout le monde résiste à la tentation du raccourci. Nous continuons ensemble, par Pont-de-Ruan et Saché. En approchant Thilouze toutefois, un trio de sages choisit de continuer à son rythme, rentrant par la voie directe. Catherine, Marie-Françoise et Odile devinent que quelques-uns, dans le groupe, attendent de tordre leurs manivelles sous les efforts violents.

Dès avant Villeperdue, « porté » par un vent favorable, ce peloton accélère l’allure et file bon train sur le chemin du retour. De quoi donner raison à Jean-François, à qui le coup de pédale de Brigitte inspire ce commentaire, à Artannes : « Avant, quand je voyais Brigitte dans la sortie, je me disais : c’est bon, ça va aller tranquillement. Maintenant, si elle fait partie du groupe, je me dis : ça ne va pas être une sortie pour moi ! »

Rentrée de tous à bon port, sans incident, si ce n’est quelques gouttes essuyées par le trio Odile-Catherine-Marie-Françoise à son arrivée. Rien de grave.

Les cyclos de ce mardi matin, en ne se préoccupant pas de météo, ont fait le bon choix. « Bon choix » qui vous rappellera peut-être une ancienne invitation de Valéry Giscard d’Estaing aux électeurs, à la veille d’élections législatives. On s’en souvient parce que c’était hier…


À Artannes, et un peu plus tôt dans la côte de la Horaie.


0 vue0 commentaire