Mardi 27 septembre - Comme on se retrouve !

C'est sans doute parce qu'on est treize au départ qu'on s'ingéniera tout l'après-midi à s'éparpiller en sous-groupes au long du parcours. Quand ça n'est pas en raison d'un rythme un peu soutenu, c'est à cause d'un parcours tarabiscoté, comme au retour dans la traversée de Joué-lès-Tours. Ou encore parce qu'un vélo nous joue des tours. Une fois n'est pas coutume, ce sera celui de Joseph. Arrêt contraint entre Vallères et Savonnières : défaillance d'un axe de sa pédale droite.

Miracle du cyclotourisme et de ses vertus collectives, nous nous retrouvons à chaque fois que nous nous perdons, et c'est à chaque fois une heureuse surprise.

Les approximations de parcours n'ont épargné personne, ramenant notre sortie à l'époque antédiluvienne où l'on roulait sans GPS. On n'en applaudira pas moins le groupe des "costauds", qui a profité de ces errements pour escalader la côte du Petit Pas d'Âne (à dix reprises, prétendent-ils...), côte qui fut, à Joué-lès-Tours, un des pièges des arrivées de Paris-Tours.

Les autres n'ont pas eu besoin de tester leur condition dans ce raidillon, on a vu qu'ils-elles avaient la socquette légère, sans avoir besoin de s'en vanter...

Au rendez-vous de ce mardi : Catherine R., Christine C., Maryse, Viviane, Didier, Guy, Jacki, Jean-François, Joseph, Patrick, Philippe D., Philippe L. et François.

Regroupement général à Vallères.


82 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout