Mardi 18 janvier – La 4L et la gadoue

La météo : températures moins froides, on n’est pas loin des 4 ou 5° ; humidité plus prononcée. Il y a dans l’air comme une espèce de fraîcheur… Malgré tout, nous sommes 10 : Marie-Françoise, Alain, Benoît, Denis, Jacki, Jean-François, Jean-Luc, Michel R., Philippe D. et François.

Au programme, 56 kilomètres qui aiguisent les appétits. Le groupe s’éparpille. Une halte au Puits d’Abas rappelle un arrêt où le groupe admira une Renault 4, à trois vitesses s’il vous plaît.

« Ma première voiture », dit quelqu’un. Plaisanteries en retour : « Je suis trop jeune, je n’ai connu que les 4L à quatre vitesses ». On croit avoir entendu plus perfide encore, quelqu’un plaisantant sur ces cyclos dont la première voiture devait être une Juva 4. Et pourquoi pas une De Dion-Bouton, tant qu’on y est ?

Puisqu’il est question d’âge, saluons dans le groupe de SAS Cyclotourisme les nombreux fans de Petula Clark. What ? Petula Clark, oui, ceux qui connaissent ont quitté la grande section de maternelle depuis quelques années déjà. Quel rapport ? Celui-ci : à voir l’état de certains vélos, constellés de boue, on comprend que cette génération de cyclos a beaucoup chanté « La Gadoue »… « Ouh, la gadoue, la gadoue, la gadoue… »

Comment expliquer ces vélos sales ? Par une coupure hivernale et le relâchement qu’elle aurait suscité ? Dans ce cas, on peut se risquer à pronostiquer une prochaine prise de conscience et le nettoyage des bicyclettes.

En attendant, prétextant le besoin d’une reprise progressive, le président et la secrétaire ont opté pour le petit parcours. Mais n’était-ce pas pour prendre leurs distances avec Petula Clark et "La Gadoue" ?


Au Puits d'Abas, à Azay-sur-Cher.

48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout