Mardi 15 mars - On voit rouge

Impossible de glisser sous le tapis l'actualité du jour, elle est trop voyante. Mieux vaut encore la chanter. Avec Cabrel ("Les murs de poussière"), Capdevielle ("Quand t'es dans le désert...") ou à la mode révolutionnaire ("Ah Sahara, Sahara, Sahara, les aristocrates à la lanterne...").

On s'est réveillés avec un rideau rouge sur Saint-Avertin comme sur une bonne partie du pays, une couche de poussière ocre venue d'au-delà de la Méditerranée.

Heureusement, on n'en voit pas une trace sur les dix-sept vélos réunis aux Aubuis, vite dispersés en trois groupes. Nous accueillons Didier, Saint-Avertinois, nouveau retraité, venu voir si nous sommes fréquentables.

Tout le monde opte pour une soixantaine de kilomètres qui conduit jusqu'à Villeperdue. On trouve ensuite le vent favorable. Le groupe intermédiaire, lui, perd le nord (la faute à un caprice de GPS) mais pas sa bonne humeur. Il y gagne un détour de 7 ou 8 kilomètres qui le relègue à l'arrière-garde, le temps de rattraper un groupe qui musarde.

Temps frais, plafond bas, mais le printemps est proche. Des signes ne trompent pas. Quand les jours rallongent, les cuissards raccourcissent.


À l'arrière (mais sur le bon parcours...), Catherine, Agnès, Marie-Françoise, Nelly, James et Didier. Plus le photographe.

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout