Jeudi 29 septembre.- Rares averses

Météo-France se venge. On a bien ri, ces temps derniers, avec ses « rares averses » dont nous ne tenions aucun compte. Nous avions raison, il ne tombait pas une goutte.

« Rares averses » annoncées aujourd’hui. Ce fut « pluie persistante ».

Pourtant, tout le monde y a cru, à ce soleil. Nous étions même 19 au Centre Henri-Depierre, excusez du peu. Et que de la qualité, avec des conditions physiques et des teints hâlés forgés sur les routes de Sardaigne, dans les cols, sur les chemins de randonnée.

Sylvie et Yannick, tous les deux de Tours, sont venus voir comment ça se passe à Saint-Avertin. Au moment de l’accueil, ça s’est bien passé, ils étaient avec nous pour la photo. Tout le monde a souri, sous le soleil. La photo, elle, montre à l’arrière-plan un ciel menaçant, mais on ne s’est pas méfiés. Ni ceux de devant, Brigitte, Catherine C., Marie-Christine, Maryse, Odile, Viviane, Benoît, James, Jean-François, Joseph, Michel R., Philippe L. et Thierry. Ni ceux de l’arrière, Eliane, Marie-Françoise, Sylvie, Michel F., Yannick et François.


Trempés, rincés

Thierry raconte : « La pluie a eu raison de nous. En effet, après avoir subi la deuxième grosse averse sans possibilité de s’abriter, décision prise collégialement de rentrer à la maison. Nous ne verrons donc pas Savonnières, ni même les bords du Cher.

Oui mais… Joseph nous a concocté un retour dont lui seul a le secret, avec une visite d’à peu près toutes les côtes de Joué-lès-Tours (sauf l’Epan !) : côte du Pont-Volant, côte de la Bergeonnerie, côte de la Sagerie et pour dessert la côte du Vallon des Martyrs !

Tout le monde est arrivé trempé, rincé, avec les doigts bien rafraîchis. Et, bien sûr, à 16 h, le soleil dominait comme pour nous narguer ! »


Trempés, rincés (bis)

Le deuxième groupe a pu s’abriter sous les arbres. Au giratoire de la clinique Vinci tout d’abord, arrêt d’une dizaine de minutes, le temps de passer les imperméables (vêtement intéressant, dont disposaient cinq des six membres du groupe…).

Le temps de franchir la route de Monts, nouvel arrêt dans les rues de Joué-lès-Tours, où l'on déniche un abri, au 7e kilomètre de l'expédition. Ici, les branches sont moins étanches qu’au premier arrêt. On abrège la halte, retour par le même chemin. La pluie est moins intense, mais elle ne cessera qu’à l'arrivée aux Aubuis…

En dépit des abris trouvés en route, le groupe est trempé, rincé, frigorifié. Curieuse façon d’arroser la première sortie de Sylvie et Yannick…

Au départ, soleil mais ciel lourd de menaces !



80 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout