Jeudi 28 avril - Sous les applaudissements

Il nous manque un peu de monde. La faute à l’infirmerie, à cause du vélo parfois, ou pas du tout. Une pensée amicale à nos convalescents. Ils sont en bonne place dans nos conversations sur la route. Nous attendons leur retour, très vite !

Nous sommes 14, en dépit de tout cela, avec 68 kilomètres au menu. L’idée est de pousser jusqu’à Dolus-le-Sec, mais aussi de s’arrêter au « Courtil » de Courçay, là où nous ouvrirons un point de convivialité, avec ravitaillement, le 15 mai. Les marcheurs et marcheuses qui empruntent les sentiers de randonnée tourangeaux connaissent le site, sur les bords de la rivière, sous les arbres.

Benoît profite de la halte pour nous vanter le marché bio de Courçay, sur la place de l'Eglise. Tous les jeudis de 16 h à 19 h. Qu'on se le dise, même si ça coïncide mal avec notre calendrier hebdomadaire.

Nous avons commencé par une quinzaine de kilomètres tous ensemble. Puis nos chemins se séparent. Marie-Françoise, Nelly et Odile bifurquent sur le petit parcours, direction la « cabane de Montchenain ».

Pour les autres, c’est la route de Tauxigny. Une avant-garde se forme, avec Bruno, Denis, Didier, Jean-Luc et Régis. Pour fermer la route, tâche qui requiert le plus grand sérieux et qu’on ne peut donc confier au premier venu, on trouve Brigitte, Catherine C. et Catherine Ra., Benoît, Michel R. et François.

Sur ce grand parcours, les deux groupes goûtent les applaudissements des enfants de Dolus. Nous longeons la cour de l’école à l’heure de la récréation. Avec ce vent défavorable, leurs encouragements nous sont d’un grand profit. Ils nous porteront encore au moment de monter la côte de Reignac. Le moment est délicat pour beaucoup, sauf pour Brigitte, Catherine et Catherine, qui se partagent le maillot à pois.


Prudence !

Sur le chemin du retour, en lisière de la forêt de Larçay, un maillot vert-blanc-noir du plus bel effet vient à notre rencontre : nous croisons Jean-Marc à la Giraudière. Un salut rapide, il va bon train. C’est sûr, la forme revient, nous le reverrons bientôt !

RAS pour le reste, mis à part un peu d’agacement. Le plus souvent, nous saluons le comportement des automobilistes, tant ils prennent en compte, de plus en plus, la sécurité des cyclistes, avec courtoisie. Aujourd’hui, nous en avons rencontré trois ou quatre qui dérogeaient à cette tendance, et nous ont mis en danger.

Prudence, encore et toujours !


Sur la commune de Cormery, au moment de la séparation (photos 1 et 2).

Photo 3 : non, cette scène n'est pas l'oeuvre d'un mauvais plaisant. Mais on voit bien qu'en tordant ainsi son pied droit, l'homme invisible n'est pas près de gagner le Tour de France.


55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout